Maritime Crime Control Officers to benefit from new capacity development project

Un projet de renforcement des capacités à l’intention des agents chargés de la lutte contre la criminalité maritime

Le Centre International Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix (KAIPTC), en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), lance, grâce à un financement du gouvernement japonais, un nouveau projet d’une année visant le développement les capacités techniques des responsables de la lutte contre la criminalité maritime de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Ghana, du Liberia, du Nigeria, de la Sierra Leone et du Togo.­

Ce nouveau projet, qui porte sur le “Développement des capacités dans le domaine de la sécurité maritime à des fins de sûreté et de sécurité dans le golfe de Guinée”, vise à favoriser la mise en œuvre effective des protocoles maritimes régionaux et internationaux pertinents par la recherche et le développement des capacités, en vue de contrer la criminalité maritime, y compris la piraterie, dans le golfe de Guinée.

Son Excellence M. Himeno Tsutomu, Ambassadeur du Japon au Ghana, a déclaré quant à l’importance du projet : « Les attaques de piraterie et autres crimes tels que les vols et les enlèvements dans les pays du golfe de Guinée compromettent la sécurité des voies maritimes régionales, d’où la nécessité de renforcer les capacités techniques des responsables maritimes afin de contribuer à améliorer la sécurité dans la région. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la Nouvelle approche du Japon pour la paix et la stabilité en Afrique (NAPSA) qui a été préconisée par S.E. M. Abe, Premier ministre du Japon, lors de la TICAD 7 en 2019.”

Des formations seront conçues pour former environ 90 membres du personnel des agences maritimes nationales et régionales, notamment les douanes, les agences de la marine et des garde-côtes, la police, la gendarmerie, les marines nationales et les centres d’observation maritime de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Ces formations s’appuieront sur les meilleures pratiques régionales et internationales et se baseront sur des documents juridiques et politiques, notamment le Code de conduite de Yaoundé adopté par l’Union Africaine en 2013, qui vise à réduire le nombre de crimes maritimes en Afrique.

« Pour ce qui nous concerne, au KAIPTC, il est de notre souhait que cette formation, qui est étayée par la recherche, soutienne les efforts de partage de l’information et de renforcement des capacités des parties prenantes afin de réduire l’insécurité dans notre domaine maritime », a déclaré le Général de division Francis Ofori, Commandant du KAIPTC.

Une recherche visant à évaluer la nature et l’étendue de la criminalité maritime dans le golfe de Guinée viendra compléter ce nouveau projet. Il devrait contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en particulier l’ODD 16 qui porte sur la paix et les institutions fortes, par ses activités de lutte contre la criminalité maritime. Cette initiative permettra également de promouvoir l’ODD 14 qui a pour but de conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines en vue d’un développement durable grâce à la réduction de la pêche illégale.

La sécurité maritime est essentielle à l’activité économique et au développement. Face à l’insécurité qui règne dans le golfe de Guinée, des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la piraterie et d’autres menaces. La poursuite de notre partenariat avec le KAIPTC et le Japon permet d’améliorer les compétences, les relations de travail interinstitutions et la coopération entre les forces de sécurité pour lutter contre la criminalité”, a souligné Gita Welch, Représentante résidente par intérim du PNUD au Ghana.

La piraterie, les vols de navires en mer, le soutage de pétrole, les enlèvements contre rançon, ainsi que le trafic de drogue et d’armes, alimentent de plus en plus les troubles violents dans le golfe de Guinée. Selon le rapport 2019 du Bureau maritime international, la région a enregistré 86 % des prises d’otages d’équipages et près de 82 % des enlèvements d’équipages dans le monde, et ce malgré la baisse des chiffres au niveau mondial.

Le projet de développement des capacités en matière de sécurité maritime permettra de renforcer l’expertise des responsables maritimes tandis que les résultats des recherches permettront d’orienter les politiques de lutte contre la criminalité maritime dans les pays du golfe de Guinée.

Pour tout renseignement concernant les médias, prière de contacter :  

Japon : Ambassade du Japon au Ghana : M. KARAMOTO Kenta, Chef du Département des Affaires générales, Section Protocole et Affaires politiques
E-mail : kenta.karamoto@mofa.go.jp Tél : +233-30-276-5060

KAIPTC :  Mme Rosemond Aryeetey, Responsable des affaires institutionnelles, E-mail –  Rosemond.Aryeetey@kaiptc.org
Portable : + 233-244 64 27 94.

PNUD : Mlle. Praise Nutakor, Analyste des communications, PNUD Ghana à praise.nutakor@undp.org
Tél, : +233-302-215670 ext.5690 or +233-501323566


À propos de NAPSA : Contribution du Japon pour l’Afrique – Paix et stabilité

Le Japon entend soutenir les initiatives prospectives africaines en faveur de la paix et de la stabilité, conditions préalables à la croissance économique et aux investissements ainsi qu’à l’amélioration des moyens de subsistance, par le biais de la Nouvelle approche pour la paix et la stabilité en Afrique (NAPSA). Le Japon mettra particulièrement l’accent sur le développement régulier et à long terme des ressources humaines. https://www.mofa.go.jp/region/africa/ticad/ticad7/pdf/ticad7_torikumi_en.pdf

À propos du KAIPTC

Le Centre International Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix (KAIPTC) a été créé pour consolider et partager les cinq décennies d’expériences et de compétences du Ghana en matière d’opérations de paix effectuées aux côtés des autres pays de la CEDEAO et d’Afrique. Le Centre offre des formations dans les trois (3) domaines suivants : Opérations de soutien à la paix, Gestion des conflits et études sur la paix et la sécurité. Il offre également des programmes de maîtrise et de doctorat dans les mêmes thématiques. Le KAIPTC dispose d’un département de recherche de niveau mondial qui mène des recherches dans les thématiques de la paix et de la sécurité. Le Centre a mis en place un Institut chargé des questions relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité (Institut Femmes, Paix et Sécurité) qui œuvre au renforcement des capacités africaines en vue de la mise en œuvre intégrale du Protocole de Maputo, et du soutien à la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et de résolutions connexes sur les femmes, la paix et la sécurité dans le contexte de l’Afrique. Vous trouverez de plus amples informations sur le KAIPTC sur le site www.kaiptc.org ; suivez-nous sur Facebook et twitter @Kaiptcgh, ou Instagram @Kaiptc.

À propos du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Le PNUD travaille en partenariat avec les personnes à tous les niveaux de la société pour aider à construire les nations capables de résister à la crise, à conduire et soutenir le type de croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présent dans plus de 170 pays et territoires, le PNUD offre une perspective globale et un aperçu local pour contribuer à l’autonomisation des vies et construire des nations résilientes. Veuillez consulter le site www.gh.undp.org pour de plus amples informations sur le PNUD Ghana.