FAAR Work-in-Progress Seminar: Breaking the duopoly at the political ‘superstructure’: The political dimensions of the local governance system in Ghana

Séminaire sur les travaux en cours

La faculté des affaires académiques et de la recherche du #KAIPTC organise un séminaire interne sur les travaux en cours.

Sujet : Rompre le duopole au niveau de la “superstructure” politique : Les dimensions politiques du système de gouvernance locale au Ghana”.
Présentateur : Lydia Mawuenya Amedzratorm, chercheuse au Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix (KAIPTC)
Président : M. Mustapha Abdallah
Lieu : Penthouse
Date : Mercredi 23 septembre 2020
Durée : 1000h

Le système actuel de gouvernement local au Ghana a commencé en 1988 lorsque le gouvernement du Conseil national provisoire de défense (PNDC) a adopté la loi 207 du PNDC. Cependant, lorsque le pays est revenu à l’ordre constitutionnel, la loi 207 du PNDC a été remplacée par les dispositions des constitutions de 1992 et la loi 462 de 1993 sur le gouvernement local. Bien que l’article 55 (3) de la constitution de 1992 exclue les partis politiques de la participation à la gouvernance locale, les partis politiques ont illégalement infiltré les structures gouvernementales locales. Certains aspirants politiciens utilisent leur participation au gouvernement local pour renforcer leur base et leur capacité à assumer des positions nationales.  La gouvernance centrale semble également exercer une influence directe sur le gouvernement local – 30 % de ses membres sont nommés par le gouvernement, ce qui mine la décentralisation et la démocratie au niveau de la gouvernance locale. Sur cette toile de fond, ce chapitre cherche à explorer un certain nombre de questions liées à la politisation du système de gouvernance locale dans le pays. Ces questions sont notamment les suivantes : quelles sont les dynamiques politiques en jeu au niveau de la gouvernance locale et comment ces dynamiques s’articulent-elles avec la politique nationale ? Comment l’apparente politisation du système de gouvernance locale a-t-elle ancré le système politique bipartite que le pays connaît depuis son retour à la démocratie multipartite ? Comment le contrôle apparent du gouvernement central sur la gouvernance locale dans le pays a-t-il marginalisé les partis mineurs par rapport à la participation aux niveaux décisionnels du gouvernement national ?