Maritime Security And Transnational Organized Crime Course

Maritime Security And Transnational Organized Crime Course

Etudes sur la paix et la sécurité

INTRODUCTION

Le golfe de Guinée est une bande côtière peu découpée qui s’étend du Cap-Vert, en Afrique de l’Ouest, à l’Angola, en Afrique centrale. Il représente un énorme potentiel économique pour les industries de la pêche, de la marine marchande et portuaire dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. La découverte récente de gisements d’hydrocarbures offshore dans des pays tels que le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Sierra Leone, le Libéria et le Sénégal donne également à cette région une importance stratégique majeure. Cependant, au cours des dix dernières années, la région est devenue de plus en plus un foyer d’insécurité maritime où opèrent des groupes criminels organisés en réseaux transnationaux.

Le golfe de Guinée est devenu, par exemple, en 2011, l’un des endroits les plus dangereux perturbés par des activités criminelles en mer. En 2012, la région est venue en premier avant le golfe d’Aden en tant que région ayant le plus grand nombre d’attaques de piraterie dans le monde. Ce constat est particulièrement alarmant car la zone est le principal centre de transit et facilitatrice de la croissance économique dans la région, ainsi qu’important centre d’approvisionnement énergétique mondial vu l’importante quantité de produits pétroliers consommés en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Les eaux du Golfe de Guinée attirent également des activités de pêche illégales, non réglementées et/ou non déclarées, 40% de prises de poissons dans la région faisant partie de cette catégorie. Malgré cela, les derniers chiffres du Bureau maritime international (BMI) en 2017 ont fait état de 180 incidents de piraterie et de vols à main armée en mer enregistrés dans le monde, le plus bas depuis 22 ans. Le rapport indique que même si les chiffres de l’insécurité maritime sont faibles, il subsiste certaines préoccupations d’où la nécessité d’intensifier les efforts.

L’insécurité maritime et les réseaux transnationaux de criminalité organisée entravent le développement national et minent la sécurité maritime internationale. Ils entraînent également l’instabilité et crée un terrain propice pour d’autres activités criminelles, tout en influençant négativement les jeunes à risque et en encourageant les organisations terroristes. Pour ce concerne de nombreux pays africains, l’insuffisance des capacités maritimes demeure un défi pour les forces de l’ordre. Cette formation vise donc à créer ou à renforcer les capacités du personnel de la sécurité maritime et d’autres parties prenantes par rapport aux questions décisives touchant la sécurité maritime et la criminalité transnationale organisée.

DESCRIPTION DU STAGE

Cette formation de deux semaines sur la sécurité maritime et la criminalité transnationale organisée a été conçue et est dispensée par le KAIPTC pour présenter aux stagiaires des compétences, de l’expertise et des meilleures pratiques dans le domaine de la sécurité maritime et la criminalité transnationale organisée dans le contexte élargi de l’Afrique en général, et de l’Afrique de l’Ouest en particulier. L’équipe d’animation du stage sera composée, entre autres, de personnes ressources provenant des institutions de formation d’Afrique et de l’étranger, des ONG, des spécialistes en matière de maintien de la paix, ainsi que des universitaires.

BUT DU STAGE

L’objectif général de ce stage est de former les acteurs du secteur de la sécurité dans le domaine de la lutte contre la piraterie/sécurité maritime et d’explorer ses liens potentiels à la criminalité transnationale organisée. Les acteurs du secteur de la sécurité recevront une formation et un recyclage sur les dernières tendances et les questions d’état dans le cadre de la sécurité maritime et la criminalité transnationale organisée en Afrique en général, et Afrique de l’Ouest en particulier. Ce stage vise également à établir et promouvoir la coopération régionale et la coordination entre les individus et les institutions engagés dans la sécurité maritime et la criminalité transnationale organisée.

RÉSULTAT ATTENDU

A la fin de cette formation, les stagiaires devront être dotés:

  • d’une compréhension de la nature de l’insécurité maritime et comment elle permet l’avancée de la criminalité transnationale organisée;
  • d’une capacité accrue pour confronter les réseaux de piraterie et de criminalité transnationale organisée qui exploitent et/ou facilitent la piraterie;
  • des capacités à minimiser l’impact de la piraterie et de ses effets symbiotiques/catalyseurs sur la criminalité transnationale organisée (drogues, trafic humain et terrorisme, etc.) à travers l’éducation et la sensibilisation aux nouvelles lois, techniques, tactiques, procédures et politiques.

GROUPE CIBLE

Étant une formation de niveau opérationnel, le stage s’adresse à un groupe de spécialistes du secteur de la sécurité de niveau moyen comme suit:

  • Personnel de la structure de sécurité maritime de la CEDEAO;
  • Représentants du gouvernement, membres du personnel de niveau opérationnel des organes législatifs/décideurs politiques; et
  • Spécialistes du secteur de la sécurité (principaux représentants de la société civile, de la police, de la police des frontières, de la police maritime, de la Marine, de l’armée, des industriels des plateformes gazières et pétrolières (GOPLAT), des agents de renseignement, des négociants en produits pétroliers et des agents de sécurité maritime, d’expédition ou de stockage) qui sont directement impliqués dans la planification opérationnelle et la mise en œuvre des politiques.
  • Particuliers et chercheurs opérant dans le domaine de la sécurité maritime
  • Acteurs non-étatiques de la sécurité maritime

Le processus de sélection des candidats tiendra compte, autant que possible, de l’équilibre entre les sexes.

CONTENU DU STAGE

Le stage porte sur les modules suivants:

  • Introduction à l’Afrique de l’Ouest et ses problèmes de sécurité
  • Cadres juridiques sur la sécurité maritime
  • Terrorisme maritime, actes de piraterie, vols à mains armées
  • Pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN)
  • Introduction à la criminalité transnationale organisée, au blanchiment d’argent et au trafic de drogues
  • Trafic d’êtres humains et migration / trafic de migrants
  • Immigration clandestine par voie maritime
  • Trafic et prolifération des armes légères
  • Enquête criminelle et renseignement
  • Délits environnementaux en milieu maritime
  • Evaluation de la menace et accords régionaux de sécurité maritime
  • Réforme du secteur de la sécurité
  • Réintégration et réorientation
  • Gestion de la sécurité humaine
  • Exercices basés sur un scénario

Outre le travail effectué en classe, des visites d’études seront effectuées à ces différents endroits :

  • Système de suivi du trafic des navires et d’information (VTMIS) de l’Autorité maritime du Ghana, Accra;
  • Port de Tema ;
  • Centre maritime multinational de coordination (CMMC) au Christianborg Castle Osu, Accra;
  • Eastern Naval Command pour une excursion en mer.

MÉTHODOLOGIE

La méthode d’apprentissage par résolution de problèmes sera employée pour dispenser cette formation de dix jours. Les stagiaires joueront un rôle actif sous la supervision d’une équipe d’animateurs expérimentés. Le stage sera ainsi offert au moyen d’une combinaison d’outils tels que des conférences, des études de cas, des travaux en petits groupes, des exercices de simulation. Le stage se déroulera en français et en anglais.

MODALITES D’INSCRIPTION

Les personnes intéressées sont priées de bien vouloir remplir et soumettre ce formulaire de demande en ligne.
Cliquez sur le lien pour accéder au formulaire de demande: Page LMS du cours

Contact au KAIPTC:

Mme Marylyn Akabutu
Chargée de la Coordination des formations
Tél: 00233 (0) 302 718200 Poste 1012
Fax. 00233 (0) 302 718201
E-mail: marylyn.agblor@kaiptc.org
Email: training.coordination@kaiptc.org

Cdr Solomon Asiedu-Larbi
Directeur de stage
Tél: 00 233 (0) 302 718200 Ext. 1102
Mob: +233 244260313
E-mail: Solomon.Asiedu-Larbi@kaiptc.org

DATE LIMITE DE DEPOT DE CANDIDATURES: 1 Avril 2019